>> Téléchargez le Kaléidoscope n°96 d’avril 2018

par Franck GACOGNE

Fondamentalement, c’est le Christ qui est le chemin (Jean 14, 6). Il est celui de la paroisse : c’est le Christ qui la conduit vers le Royaume. Pour moi, le principal rôle d’un curé est de rappeler cela à temps et à contre-temps à tous les chrétiens, en sachant trouver sa bonne place dans la communauté à laquelle il a été envoyé pour servir. Et, selon la belle image du pape François, comme un berger, sa place sera tantôt à l’arrière du « troupeau » parce qu’il fait confiance aux paroissiens qui connaissent le chemin et pour « sentir l’odeur des brebis », c’est-à-dire leurs intuitions, leurs aspirations ; tantôt il sera au milieu d’eux pour rassurer, soutenir, encourager ; tantôt devant, pour guider, rappeler le cap.

La route de la paroisse Saint-Benoît, comme celle de toute paroisse, sera toujours celle de l’Évangile. À Bron, depuis juin 2015, nous nous sommes donné un cap, un itinéraire : le « Projet paroissial missionnaire ». Ce texte que nous avons construit ensemble nous demande à tous d’être partie prenante sur ce chemin de la mission : invités à sortir et à vivre de la joie de l’Evangile. Cette « visée » nous appelle à être audacieux dans les propositions et les initiatives que la foi suscite en nous et, en même temps, elle nous permet de vérifier si ces intuitions correspondent et équilibrent en chacun de nous les trois dimensions de notre baptême : servir (roi), annoncer (prophète) et célébrer (prêtre). Je me réjouis pour la paroisse que beaucoup d’entre vous vivent de cette dynamique-là.

Avec Damien, nous avons rejoint la route de la paroisse Saint-Benoît en 2011, puis Damien a bifurqué 4 ans après vers celle de Villeurbanne-Nord. C’est Jean-Claude qui l’a rejoint en 2015, puis Amos en 2016. Après 7 années à Bron (et avoir été prolongé 1 an), je suis à mon tour amené à changer en rejoignant l’été prochain la route de la paroisse Saint-Gabriel de Vaise pour laquelle l’évêque de Lyon me nomme curé. Il est probable que je reçoive aussi une seconde mission mais qui n’est pas pour l’instant finalisée.

Je ne quitte pas Bron facilement : le chemin avec vous tous a engendré en moi des traces durables, des portions de vie partagées, des amitiés forgées et éprouvées, tant de reconnaissance que je ne sais comment exprimer… et quelques cheveux blancs !

J’ai remarqué que les changements de curé généraient souvent des inquiétudes pour les paroissiens… J’imagine facilement que la paroisse qui m’accueillera en a tout autant que vous. Il apparaît, après un temps d’adaptation et d’apprivoisement réciproque, qu’une nouvelle configuration produit des effets bénéfiques à la fois pour le curé qui s’en va mais aussi pour la communauté qui reste. Avec les années, nous entrons les uns et les autres dans des fonctionnements et des habitudes qui portent du fruit, certes, mais il arrive un moment où l’on ne sait plus très bien comment on peut faire autrement, où l’on risque la répétition et l’usure. La nouveauté, le regard neuf d’un autre pasteur peut permettre ce renouvellement afin d’être sûr de ne laisser personne sur le bord du chemin.

A ce jour, nous ne savons pas quel prêtre sera nommé curé de la paroisse Saint-Benoît à partir de la rentrée prochaine. Il se peut aussi que le diocèse soit contraint de nommer un « administrateur » pendant un an. Quelle que soit la configuration de la conduite et de l’animation de la paroisse l’an prochain, l’Equipe d’Animation Pastorale propose au Conseil Paroissial de se réunir le 17 mai en soirée pour en parler. Les membres de ce conseil recevront prochainement une invitation.

Je souhaite une très joyeuse fête de Pâques à chacun d’entre vous :  « Le Christ est ressuscité ! », « Il est vraiment ressuscité ! »